Lutter contre le décrochage scolaire

Située au sein de l’ICAM (Institut Catholique d’Arts et Métiers) de Toulouse, l’école de production a pour objectif d’accompagner et de former les jeunes âgées de 15 à 18 ans aux métiers de l’industrie comme : tourneur fraiseur, serrurier métallier, électricien monteur-câbleur.

Entre un établissement scolaire et une PME, l’école de production vise à aider les jeunes décrocheurs et/ou en difficulté à recommencer à 0 et se construire un avenir professionnel en étant accompagnés. Une alternance 2 jours de cours et 3 jours d’atelier permet aux jeunes de se sentir intégré, leur redonner de l’ambition, tout en continuant à se former. L’activité de production réalisée au sein d’un atelier sert de support pédagogique à la formation et lui confère un caractère unique et original.

L’Icam est membre de la FNEP (Fédération Nationale des Ecoles de Production)

Le projet DELICE

Le projet DELICE : Dispositif d’Encadrement pour Lutter contre le Décrochage scolaire par l’Individualisation Continue de l’Education vise à augmenter le nombre de jeunes de moins de 25 ans participant à des actions de prévention du décrochage scolaire. La volonté du projet est de « raccrocher » les jeunes et d’éviter qu’ils ne décrochent à nouveau. Le travail autour d’un projet professionnel réaliste où des débouchés existent, redonne aux jeunes la confiance en eux.

Le projet DELICE rassemble plusieurs actions :

Action continue de "lutte contre le décrochage scolaire"

Cette action est la toute première et sert de base solide pour débuter une vie professionnelle. Elle fixe trois objectifs : Elaboration d’un projet professionnel, Prise de confiance en soi et la Gestion de stress.

Plusieurs activités sont mises en place pour atteindre ces objectifs :

  • Journées « immersion entreprise »
  • Soutien scolaire renforcée à la demande
  • Ateliers « vie professionnelle » (CV et Lettres de motivation, préparation à l’entretien d’embauche, culture d’entreprise…etc.)
  • Ateliers « ludiques » afin de faire naitre une conscience et responsabilité civique.
  • Ateliers « détente et relaxation »
  • Ateliers « mixité » : les élèves école de production et les élèves ingénieurs réunis au tour de la conception et de création d’un objet qu’ils réalisent et assemblent ensemble

Cette action constitue une action de fond qui doit redonner confiance et mener petit à petit vers l’action suivante : LA REMOBILISATION

 Action « Remobilisation »

Cette action intervient après un diagnostic de la situation du jeune : si le jeune rencontre des difficultés dans son apprentissage au niveau de son insertion ou encore au niveau de son projet professionnel. Il s’agit donc d’un accompagnement personnalisé adapté au jeune et à sa situation :

  • Entretiens individuels avec 3 acteurs différents
  • Renforcement d’un soutien scolaire et/ou soutien personnel
  • Possibilité de mise en place d’une modularisation des enseignements
  • Adaptation des supports pédagogiques et de l’environnement pour les troubles d’apprentissage
  • Atelier d’accompagnement à l’insertion pour le post CAP (aide d’un master 2 métiers et pratiques professionnelles)
  • Séance de relaxation (si besoin)

Action « Renforcement des compétences et mise en réseau »

Cette action vise à consolider le réseau de l’école de production afin d’offrir aux jeunes une meilleure pédagogie ainsi que de créer d’autres opportunités. Le travail en réseau permet d’accroitre les connaissances des jeunes ainsi que les chances de réussir à s’insérer sur le marché du travail.

L’école de production souhaite également se positionner comme un acteur dans le décrochage scolaire : être là en amont et en aval de l’école de production pour aider par exemple à orienter un décrocheur vers une sortie positive. L’idée est de déployer l’école de production comme le modèle de prévention de lutte contre le décrochage scolaire. Cela sous entends une standardisation des outils, formalisation des méthodologies pour la diffusion à l’échelle Régionale, Nationale et voire Européenne.

L’objectif de cette action est de créer un « toboggan de parcours » pour le jeune.

Action « Ateliers Mini-Entreprises »

L’action « Atelier Mini-Entreprises » a pour objet la création d’entreprises par les élèves lors de leur première année en école de production. Les jeunes doivent s’organiser en équipe pour développer une mini-entreprise et rechercher une idée de produit à vendre. Une fois l’idée trouvé il faut non seulement la concevoir mais également la commercialiser.

Cette action permet aux élèves de se mettre dans la peau d’un chef d’entreprise, leur redonner confiance mais également les confronter au monde du travail.

Les résultats de cette action ont été particulièrement bons sur la 1ère année de test. A titre d’exemple : « Cap ou pas cap » une mini entreprise créée par les élèves qui propose de customiser les casquettes en sur-mesure : graver un nom, une phrase ou encore y ajouter un logo.

Pourquoi l’Europe a soutenu ce projet ?

Les décrocheurs font partie des priorités de l’Union Européenne en matière d’éducation. L’objectif à l’horizon 2020 dans ce domaine est de faire passer le taux des jeunes sortis sans diplôme (Les NEET : « Neither in Employment, Education or Training) sous la barre de 10%. Les jeunes intégrant l’école de production ont principalement entre 15 et 19 ans, et ont décroché du système scolaire traditionnel sans diplôme, parfois depuis plusieurs années.

En savoir plus sur le projet

Le site internet de l’ICAM Toulouse

Présentation de l'école de production - Journal Télévisée de France 2

Projet présenté par le Directeur à Bruxelles :

Après une visite réussie de la Commission Européenne en début de l’année 2017 dans les locaux de l’école de production, le 29 Mars 2017, le directeur de l’ICAM, Gilles VANDECAVEYE était invité à Bruxelles pour présenter les actions de l’école de production aux représentants et autorités de gestions des Etats membres lors d’une conférence organisée par la DH Home (Affaires Intérieures et Migrations), la DG EMPLOI (Emploi et Affaires Sociales) et la DG REGIO (politiques régionales).

Déjà lors de la visite le projet avait été qualifiée d’exemplaire mais la présentation du projet sur le caractère innovant, efficace et porteur et l’aspect d’intégration globale des jeunes en difficulté a été une réelle réussite et a été longuement applaudi par plus de 300 personnes.

 



Partager cette page :  

Dernière mise à jour : 22/08/2017Haut