Le soutien de l'Union européenne après l’explosion d’AZF

Le 21 septembre 2001, le hangar 221 de l’usine AZF explose à Toulouse, faisant 31 morts et plus de 2500 blessés. L’agglomération toulousaine a perdu 1200 emplois et les dégâts matériels ont été estimés à 2,5 milliards d’euros.

En réaction à cette catastrophe, tous les partenaires des programmes européens en Midi-Pyrénées se sont mobilisés et ont pris des mesures pour aider à la reconstruction des équipements détruits autour de l’usine, puis à la reconversion du site en Cancéropôle.

Le 8 mars 2002, au lendemain du comité de suivi des programmes européens réunissant tous les partenaires régionaux, nationaux et européens, Michel Barnier, alors commissaire européen à la politique régionale se rendait sur le site d’AZF.

Le 3 décembre 2007, Danuta Hübner, commissaire européen à la politique régionale de 2004 à 2009 visitait à son tour l'avancement du chantier (photos ci-dessous).

Crédit photo: Laboratoires Pierre Fabre/Damien Cabrol

Accédez directement aux contenus sur le soutien de l'UE après AZF

Les mesures prises par les partenaires des programmes européens

L’extension du zonage

En 2001, les fonds européens ne concernaient qu’une partie du territoire régional*. Un zonage précis définissait les territoires éligibles aux fonds européens et le périmètre affecté par l’explosion n’en faisait pas partie.

Pour aider la reconstruction, tous les partenaires ont décidé d’étendre le zonage en prenant en compte plusieurs problématiques :

  • la réimplantation de l’activité industrielle et la  compensation d’emplois perdus,
  • la reconstruction des outils de formation professionnelle,
  • le développement de nouveaux sites d’enseignement supérieur et de recherche notamment pour reconstruire les sites touchés par l’explosion,
  • un volet politique de la ville, avec une extension du zonage vers les quartiers limitrophes en difficulté et sévèrement affectés par l’explosion, notamment le quartier d’Empalot.

* Le zonage n’existe plus dans les programmes actuels. Les programmes 2007/2013 couvrent la totalité du territoire de Midi-Pyrénées.

Un régime cadre d’aide spécifique AZF

En complément, l’intégration d’un régime d’aide spécifique AZF a rendu éligibles aux fonds européens les projets nécessaires à l’aménagement et à la reconstruction des zones détruites par l’explosion :

  • l’aménagement de zones d’activité
  • la reconstruction des bâtiments de formation endommagés et la reconstitution du matériel pédagogique
  • la requalification des espaces publics et des friches urbaines
  • la reconstruction des sites de recherche
  • les aides spéciales à la reconstruction pour les entreprises touchées

Des crédits supplémentaires, utilisés au profit de l’agglomération toulousaine

A l’occasion de la révision en 2004 du programme européen 2000-2006 soutenu par le Fonds européen régional pour le développement régional (FEDER), Midi-Pyrénées a obtenu plus de 23 millions d’euros supplémentaires en raison de la bonne gestion du programme.

Une partie de ces crédits a permis de financer de nombreux projets pour reconstruire les équipements sinistrés et reconvertir le site d’AZF en zone d’activité capable d’accueillir l’Oncopôle de Toulouse.

La continuité de l’investissement européen

La nouvelle génération de programmes européens, sur la période 2007/2013, poursuit son soutien à la création de l’Oncopôle.

En savoir + sur le soutien de l'Union européenne après AZF

Pour en savoir plus sur le soutien de l'UE après AZF, lire aussi :




Partager cette page :